Blog Action Day

Publié le par hibiscus

Le 15 octobre, des blogueurs du monde entier seront unis pour exposer une cause unique à l'esprit de tous. En 2007, la cause est l’environnement. Chaque blogueur écrira sur le thème de l’environnement à sa façon et sur un sujet qui lui tient à cœur. Notre objectif est d’amener tout le monde à parler d’un avenir meilleur.


Un avenir meilleur ... Un monde meilleur ... Cela passe par un environnement meilleur. Nous faisons partie de cet environnement. En le détruisant peu à peu par nos activités, nous nous détruisons nous-même.

Ce que j’écris n’est certainement pas une révélation, nous le savons tous. Et pourtant, il semblerait que nous oublions cette évidence. Au nom du progrès et de la rentabilité, nous avons développé et continuons à développer des activités et des produits qui détruisent la nature, qui nous détruisent.

Il n’est pas normal que nous nous croyions supérieurs aux animaux, alors que nous en faisons partie. Il n’est pas normal que nous pensions en individualistes, alors que nous ne sommes qu’une petite partie d’un écosystème. Il n’est pas normal que nous nous comportions en maîtres de la nature, alors que nous n’en maîtriserons jamais les forces. Si nous ne faisons pas plus attention que cela à notre environnement, la nature aura raison de nous.


Cela n’apparaît peut-être pas au premier abord ; on pense d’abord au progrès qu’une nouvelle invention peut apporter, mais au bout d’un moment, on commence à voir les effets néfastes que cela a sur notre santé, directement ou non.


Je pense aux OGM, qui pourraient résoudre les problèmes de famine dans les pays du tiers-monde, mais qui visiblement ne sont pas sans effet sur notre patrimoine génétique.


Je pense à tous ses produits d’entretien qui nous procure une meilleure hygiène, mais qui semble être à l’origine de nombre d’allergies qui empoissonne la vie de milliers de gens.


Je pense à l’essor du wifi et autres technologies sans fil, qui amélioreraient notre confort de communication, mais point celui des électrosensibles (qui sont par ailleurs de plus ne plus nombreux – curieuse coïncidence ?).

Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres. Je ne parle même pas de toutes les pollutions d’origine industrielles, chimiques, pharmaceutiques et autres qui empestent l’air et empoisonnent l’eau – le plus souvent dans les pays en voix de développement.

Je crains que l’homme d’aujourd’hui ne joue un peu trop à l’apprenti-sorcier, sans penser aux conséquences qui peuvent être bien pire que les avantages.


Que faire contre tout cela ? On se sent bien sûr minuscule et impuissant contre les grandes puissances économiques et les lobbys industriels. Mais je crois au pouvoir du consommateur. En refusant d’acheter des fruits et des légumes traités, nous pouvons augmenter la demande en fruits et légumes bio. En refusant d’acheter des cosmétiques contenant des substances synthétiques, nous pouvons encourager la production de produits respectueux de la nature et de notre santé. En refusant de succomber aux charmes traîtres de la publicité nous encourageant à la surconsommation, nous pouvons dire stop à la surproduction.


Nous vivons à l’âge de la globalisation. À mes yeux, il n’y a aucun moyen d’arrêter ce processus, mais nous pouvons, par nos décisions de consommateurs, déterminer quelle direction lui donner. Puisque les règles du jeu sont celles du capitalisme, utilisons-les et inversons la loi de l’offre et de la demande. En tant que consommateurs, nous avons la possibilité de choisir certains produits et certains objets par rapport à d’autres. Les commerçants, puis les industries, ajusteront alors leurs gammes de produits aux désirs du client, puisque leur principal but est de gagner de l’argent.


De cette manière-là, nous devrions pouvoir rétablir un ordre plus normal que celui dans lequel nous vivons aujourd’hui, à savoir que les produits qui demandent le plus de raffinement, le plus de d’exploitation industrielle, le plus de logistique, sont les moins chers.


Il n’est pas logique que les produits bio soient les plus chers. Il n’est pas logique que nous acceptions d’acheter des produits qui nous rendent malades. Il n’est pas logique que nous donnions la priorité à notre bien-être matériel par rapport à notre équilibre physique et mental.


Rétablissons une logique normale en adoptant une attitude de consommateurs soucieux de notre environnement, pour le bien de notre planète, pour notre bien à tous.

 



Commentaire de : Deline
Le lundi 15 octobre 2007 à 11:43
Concernant les OGM, ce qui me choque moi, c'est plus l'impact qu'ils peuvent avoir sur la nature. Voyez ce que certains produits peuvent faire comme ravages chez les abeilles : On s'en fout à la rigueur de plus avoir de miel...mais comment les plantes peuvent-elles être polénisées sans les abeilles ? Sans abeilles, plus de polénisation, plus de polénisation, plus de culture. C'est aussi simple que ça ! Avec les OGM, des pseudo-humanistes vous diront qu'ils règleront les problèmes de famines en afrique : le problème des OGM, c'est qu'ils sont stériles et que les pays pauvres ne pourront pas les racheter chaque année, où est la logique ? Le principe de la chaine alimentaire est simple : si on fait des OGM plus résistants aux petits animaux dits nuisibles, de quoi vont-ils se nourrir ? C'est désagrable de voir ses salades bouffées par des escargots en une nuit, je l'admet, mais il y a des remèdes plus naturels que de bombarder les pauvres salades de produits anti-limaces. Ils dévorent vos salades mais ils sont aussi bien utiles pour dévorer les matières organiques en décomposition. De même pour les pucerons, si on les élimine, que deviennent les coccinelles ? Pensez aux problématiques des OGM, je trouve que c'est d'abord penser à ça plutôt que de penser egoïstement à nous, potentiels consommateurs : il faut toujours penser qu'un chagement qui peut nous sembler anodin peut en réalité prendre des proportions énormes. Vous connaissez le battement d'aile du papillon ?

 

 
Commentaire de : marion
Le mercredi 17 octobre 2007 à 15:19
Waouh, quel bel article ! Je soutient tout a fait ton point de vue, même si je suis en école de commerce - dvlpmt durable et commerce ne sont que trop rarement associés...

Commentaire de : Deline
Le mercredi 17 octobre 2007 à 20:14
Bien sûr que si tu peux faire du commerce qui rime avec développement durable : déjà tu peux dire à tes futurs clients que tu leur propose des produits confectionnés avec des produits 100% recyclés, que tu utilises le moins d'emballage possible, que tes produits sont produits sur le secteur (ce qui évite les transports polluants) etc etc...on peut tout faire ;-) Et en plus ça marchera !!

Commentaire de : hibiscus
Le jeudi 18 octobre 2007 à 21:22 

@ Deline : Tout à fait d'accord avec sur les OGM. Je connais le "battement d'aile du papillon". On peut facilement se dire "Pourquoi je ferais un effort puisque tant d'autres n'en font pas ?" Effectivement, si des millions de gens raisonnent de la même manière ... Mais si au contraire, ces millions de gens pensaient "Je vais faire un petit effort", je suis persuadée que ca mettra la machine en marche.
@ marion : J'attends de voir tes actions dans le domaine, une fois que tu te lanceras dans le marché du travail ! ;-) Mon article se base sur la demande, de la part des consommateurs. Mais si des entreprises peuvent leur offrir des produits respectueux de l'environnement, c'est aussi une très bonne initiative ! :-)

Publié dans Éco-logiquement

Commenter cet article