Prix Nobel de la paix 2007

Publié le par hibiscus

Lauréats : Al Gore et le GIEC « pour leurs efforts de collecte et de diffusion des connaissances sur les changements climatiques provoqués par l'homme et pour avoir posé les fondements pour les mesures nécessaires à la lutte contre ces changements ».

J’ai été très étonnée hier de la réaction de certains Suédois à cette annonce, réactions sous forme de billets publiés sur des blogs ou de commentaires à des articles de journaux. Des mots tels que « scandaleux » et « ridicule » surgissent.


On y voit une dévaluation du prix Nobel de la paix. On accuse Al Gore de faire de la propagande pour obliger l’humanité à retourner à l’âge des cavernes. On l’accuse de vouloir stopper le développement en se basant sur des thèses douteuses. On fait aussi – trop – facilement l’amalgame Al Gore > USA > guerre en Irak.


Je suis étonnée qu’il ait encore des gens qui renient le réchauffement climatique, qu’il soit le résultat des activités humaines et qu’on n’y voit pas les risques de conflits qui peuvent en découler. Je suis convaincue que le manque d’eau dans certaines régions peuvent causer des affrontements, de même que des milliers de réfugiés fuyant d’autres régions innondées créeront des tensions.

Al Gore à travers sa « propagande » soutient entre autre sur les résultats des études du GIEC qui compte 2 500 scientifiques de 150 pays différents. Comment leurs thèses pourraient être douteuses ?

J’ai l’impression que les gens critiquant Al Gore n’ont pas vu son documentaire « Une vérité qui dérange ». Évidemment, puisqu’ils ne croient pas au réchauffement climatique. Pourquoi voudraient-ils se laissent convaincre ? ... Mais comment peut-on critiquer quelque chose qu’on n’a pas vu ? Pour moi, la condition d’une bonne argumentation est l’objectivité. Mais si on choisit de n’écouter que les arguments sceptiques, on ne risque certes pas d’ouvrir le débat ...


C’est peut-être aussi l’expression d’une vieille rancune envers Alfred Nobel qui refusa de laisser aux Suédois l’honneur de décider du prix Nobel de la paix. Mais outre le fait d’être tendancieux, les critiques d’Al Gore seraient aussi mesquins ...


J’étais rassurée ce matin en lisant dans mon quotidien les réactions de divers journalistes et de lecteurs positifs à la décision du comité Nobel norvégien. Il est évident que c’est une décision politique, de vouloir attirer l’attention sur les risque que l’humanité encourt à continuer à vivre tel que nous le faisons aujourd’hui. Et j’espère vraiment que cette décision aura des résonnances politiques.



Commentaire de : Deline
Le samedi 13 octobre 2007 à 22:07 Moi aussi, je suis effarée que certains n'aient pas encore compris les enjeux écologiques auxquels nous allons être irrémédiablement confronté. Si les médias semblent en avoir pris la mesure cette année (et quand je vois un reportage qui nous explique ce que je sais déjà depuis plus de 10 ans ça m'énerve un peu mais bon) mais je suis pas sûre que le discours passe si bien qu'on peut le penser. La preuve en est du résultat des élections en France, et du peu de choses qui semblent sortir du fameux grenelle de l'environnement. Faut-il toujours rappeller que dans développement durable, il y a développement, et qu'il ne s'agit pas de retourner au temps des cavernes ? Des fois, je suis un peu démoralisée de voir comment le message passe si mal, pourtant c'est pas faute d'essayer !

Commentaire de : Chantal
Le dimanche 14 octobre 2007 à 21:47
Tant que les américains ne feront rien de tangible, il ne se passera rien d'efficace et je pense qu'ils ne se sentent en rien concernés par les efforts que pourraient faire les autres pays...

Commentaire de : hibiscus
Le dimanche 14 octobre 2007 à 23:41
@ chantal : De plus en plus d'états américains s'engagent pour combattre le réchauffement climatique. Et ce combat ne concerne pas seulement les Américains, même s'ils y sont pour beaucoup. Je suis optimiste et crois que le message est en train de passer, lentement, trop lentement peut-être, mais, avec un peu d'espoir, sûrement.

Commentaire de : Deline
Le lundi 15 octobre 2007 à 11:47
Je trouve que rejeter la faute sur les américains est un peu simpliste : d'autres pays ne sont pas tout roses non plus dans cette affaire. C'est très bien de dire qu'on est contre le réchauffement climatique, encore faut-il agit. Quand on vous interdit de mettre des panneaux solaires sur votre toit, sous prétexte que c'est pas beau, où est la logique ? Je ne pense pas que les américains soient hostiles à ce discours, je crois simplement que leur culture et leur idéal de liberté les empêchent de signer des protocoles qui les contraignent. (attention, je ne dis pas que Bush est génial...)

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

catie 18/12/2007 13:03

Je suis d'accord et j'essaye d'etre optimiste aussi. je pense qu'il commence a y avoir une prise de conscience a ce probleme, et que les gens commencent a reagir, meme si cela est lent.j'espere que cela va continuer ainsi et qu'on va reussir a freiner, stabiliser, renverser les consequences.

hibiscus 18/12/2007 14:13

Je suis aussi optimiste de nature. Mais j'avoue que des fois, je doute. Il y a tellement de choses à prendre en compte. Moi toute seule, je ne peux pas changer la face  du monde. C'est sûr que sin on s'y met à plusieurs millions, on peut obtenir des résultats. Mais il y a tous les lobbys industriels etc contre lesquels je ne sais pas comment on peut faire.