Vivre dans une monarchie

Publié le par hibiscus

Comment peut-on, en tant que Française née et élevée dans une république, de plein gré, accepter de vivre dans une monarchie constitutionnelle ?


Trahir la république ?

C’est la question que me posa, il y a quelques années, un visiteur français du château de Gripsholm. Pour lui, c’était une chose complètement impensable. Encore aujourd’hui, je me demande s’il ne voyait pas mon émigration comme une trahison envers la république française. Il était peut-être très patriote ; je ne le suis pas, donc la question n’a jamais été un gros problème pour moi.


Monarchie ou république ?

La princesse héritière de la Suède, Victoria, fête son anniversaire le 14 juillet. (Elle vient juste d’avoir 30 ans. Si vous souhaitez la féliciter, cliquer ici. ;-) ) Chaque année, à la même époque, est relancé le débat de l’existence de la monarchie en Suède. Oui, il y a des républicains en Suède, mais aussi des monarchistes, plus ou moins purs et durs.

Les républicains voudraient instaurer la république en Suède avec pour argument qu’une monarchie, c’est vieux jeu, dépassé, suranné (et en Suède, on veut être moderne) et que ça coûte de l’argent. En 2006, l’apanage de la famille royale suédoise se montait à 48 millions de couronnes (soit environ 5kr/habitants).

Les monarchistes ont pour argument la tradition, l’histoire, la continuité. Le côté un peu conservateur de la chose quoi.

Je crois que je suis comme la plupart des Suédois : monarchie ou république, cela m’est égal. On a calculé qu’un président coûterait certainement autant que la famille royale, donc pour ce qui est des faire des économies, je n’y crois pas beaucoup. Évidemment, de nos jours, on peut remettre en question le fait que le rôle représentatif de la Suède s’hérite ; ce n’est en effet pas très démocratique.



Aucun pouvoir politique

Car le roi actuel de Suède, Carl XVI August, n’a aucun pouvoir politique. Il n’a pas le droit d'interférer dans la politique, il n’a même pas le droit de voter (ni sa famille d’ailleurs). Son rôle est purement représentatif : faire de la publicité pour la Suède (ce qui semble compenser largement l’apanage d’ailleurs), ouvrir chaque session parlementaire, remettre les prix Nobel etc… Mais il s’engage aussi dans quelques sujets qui lui tiennent à cœur, tels l’écologie ou le scoutisme.

Depuis 1980, ce rôle représentatif s’hérite désormais par l’aîné des enfants (et non plus le fils aîné). C’est donc à Victoria d’épauler ces fonctions, le jour venu. Cela risque de durer un peu quand même, à part si le roi venait à abdiquer en sa faveur. Il a 60 ans et des poussières et semble être en bonne santé.

Victoria vient donc juste d’avoir trente ans. Depuis plusieurs années, elle a un sambo, mais – horreur ! – il n’est pas de sang bleu. Tous les journaux à scandales ont prédit leurs fiançailles puis mariage au moins 100 fois, chose que la Cour dément à chaque fois. Et on peut comprendre qu’une telle décision soit difficile à prendre.


La fin de la monarchie

En effet, de quelque bord que l’on soit, républicain ou monarchiste, on peut dire que la monarchie suédoise est en danger. La reine elle-même, Sylvia, n’est pas de sang royal, mais ce qui semble avoir donné le coup de grâce, à long terme, c’est le passage à la « primogéniture absolue ». Cela pose des problèmes quand au choix matrimonial que la princesse héritière fera – qui doit en plus être accepté par son père et le premier ministre suédois (!!!). Le premier ministre suédois ne se permettra en fait jamais de refuser un parti, quelqu'il soit ; c’est donc le roi qui a les pleins pouvoirs dans cette question. Et s’il accepte qu’elle se marie avec son Daniel, on assiste alors à une « popularisation » de la famille royale qui est, selon certains, dangereux pour l’avenir de la monarchie suédoise. Vous comprenez dans quelle situation épineuse nous nous retrouvons. Soit elle se marie « populairement » et la fin de la monarchie est proche, soit elle refuse de se marier, mais quid de sa descendance ?... Il est impensable qu’elle ait des enfants sans se marier et pour le moment, point de mariage à l’horizon. Et elle ne peut pas attendre éternellement ...

D’une certaine manière, je trouve que c’est typiquement suédois d’avoir retirer au roi tous ses pouvoir politiques, puis d’être passé à la primogéniture absolue. Petit à petit, en douceur, on démantèle la monarchie, au fil des ans, l’air de rien, sans créer trop de vagues (et encore moins de révolution). Parce que je crois que c’est dans cette direction que nous nous dirigeons, mais cela va prendre encore quelques années. Je m’imagine parfois que ce sera peut-être la future reine qui abolira la monarchie, ou ses descendants, ou alors que la monarchie mourra avec elle si elle n’a pas de descendants.

Attention, je ne dis pas que je regretterais la monarchie. Je ne dis pas non plus que c’était une erreur de supprimer les pouvoirs politiques du roi, puis de faire de la princesse l’héritière du trône. Dans un pays comme la Suède, pays qui se dit être champion de la démocratie et de l’égalité des sexes, il est évident – pour moi en tout cas – qu’on en soit arriver là. J’ignore si les parlementaires de 1980 avaient prévu ces conséquences ...



Une vie royale ?

Mais j’ai parfois pitié de la famille royale. Ils ne sont pas vraiment à plaindre, mais il me semble complètement incroyable que les conditions d’existence d’une famille, de nos jours, soit si strictement dictée par les pouvoirs politiques en place. C’est presque paradoxal : une famille royale asservie par une démocratie. La princesse héritière, depuis son plus jeune âge, a été élevée dans le seul but de devenir reine, symbole de la Suède dans son pays et à l’étranger. Ses études, longues de plusieurs années, ont abordés les relations internationales, la diplomatie etc ... Elle n’aurait en fait aucun problème à trouver du travail, si elle perdait son titre un jour (et puis quelle publicité pour la compagnie qui l’embaucherait !) Mais elle n’a pas choisit son destin. D’un autre côté, comme on ne lui a jamais proposé une autre route ... Ce qui me semble presque inhumain pour la princesse héritière, c’est de ne pouvoir vivre sa vie personnelle comme elle l’entend, car les enjeux en sont trop importants.

Pour en revenir à ma question de départ – comment peut-on vivre dans une monarchie ? – je dois dire que j’y pense rarement finalement. Pour moi, la famille royale, c’est un peu de folklore, rien de plus. Étant donné que ceux qui gouvernent la Suède sont quand même élus par le peuple, tous les 4 ans, je ne vois sincèrement pas en quoi cela peut être choquant d’émigrer d’une république à une monarchie constitutionnelle. Cela n’a absolument aucune conséquence sur ma vie quotidienne et la monarchie ne fait pas de la Suède un pays meilleur ou pire que la France.



Commentaire de : Phil de Nybro
Le mardi 17 juillet 2007 à 07:37
Tu dis : "Ce qui me semble presque inhumain pour la princesse héritière, c’est de ne pouvoir vivre sa vie personnelle comme elle l’entend, car les enjeux en sont trop importants." Elle peut toujours décider de sortir son Joker et décider de ne pas devenir reine, il n'y a rien qui l'y oblige.
Pour ce qui concerne la monarchie, "ils" disposent de privilèges dont le commun des mortel ne peut même pas rêver, donc il est normal que certains devoirs soient associés à la fonction, si "ils" veulent vivre comme Svensson, alors il ne sert à rien d'entretenir des vestiges du passé.
Au sujet de la publicité pour la Suède, il ferait souvent bien de s'abstenir, parce que des gaffes et des boudrdes, il en a déjà commises, ce n'est pas pour rien qu'on le surnomme "Knugen".
Et enfin au sujet de Daniel af Okelbo, tant qu'à faire de choisir du sang de "basse extraction" elle aurait pû choisir un suédois malin, parce que dans la famille royale le QI semble être un concept peu maîtrisé.
C'était la pensée du jour ! ;-D

Commentaire de :  hibiscus
Le mardi 17 juillet 2007 à 08:49
@ Phil : Tu regardes trop "Hej Baberuba". Je trouve que c'est trop facile de critiquer la famille royale. Je ne dis pas ca pour les défendre, c'est vrai que le roi a fait de grosses gaffes, mais de là à tous les traiter d'idiots ... On l'appelle "Knugen" (de "kungen" = roi) à cause de sa dyslexie, et crois moi, c'est pas facile d'avoir un tel handicap. La princesse héritière est aussi dyslexique et je trouve qu'elle s'en sort très bien. C'est vrai qu'ils ont la possibilité de se retirer du jeu, et c'est même une hypothèse que j'émets (si tu as bien lu mon article ;-) ), mais je ne sais pas s'ils sont prêts à le faire.

Commentaire de :  Phil de Nybro
Le mardi 17 juillet 2007 à 10:44
Eh non, je ne regarde jamais Hej Baberiba, bien que j'en aie déjà vu des extraits et que je me demande comment ils osent assez aussi loin dans la caricature.
ais lorsque tu les écoute parler (lors d'interview télévisés) le sentiment qu'ils laissent transparaître n'est pas très brillant, il faut bien l'avouer. Seule Sylvia s'élève un peu au dessus de la melée. Madd et ses frasques à Stockholm (en voiture entre autres) et Karl Filip (cfr son voyage (sans papiers) entre le Vénézuela et les USA qui lui a valu un séjour (court) en cellule aux USA) ne sont pas là pour relever le niveau.
Quant à Knugen, s'il n'avait pas signé ainsi lors d'un inauguration à Norrland ...

Commentaire de : Ibn Kafka
Le mardi 17 juillet 2007 à 12:52
Un détail piquant c'est que la règle de primogéniture absolue (avant s'appliquait la primogéniture mâle) a été introduite par une réforme à la loi constitutionnelle sur la succession au trône (successionsordningen) dans les années 70, à l'inititative du gouvernement bourgeois d'alors, et contre l'avis du Roi actuel. Le but était d'éviter justement l'extinction de la famille royale - en permettant tant aux héritières qu'aux héritiers de succéder au Roi, on élargissait ainsi la démographie particulière de la succession au trône. Si mes souvenirs sont exacts, les sociaux-démocrates et les ex-communistes n'étaient pas très chauds pour cette réforme constitutionnelle qui n'avait décidément que très peu de choses à voir avec l'égalité des sexes...
Pour le reste, quant au choix entre monarchie et république, c'est vraiment inintéressant au possible dans le contexte suédois - d'ailleurs une majorité de 80%/85% de l'opinion publique se pronconce pour le maintien de la monarchie - et l'exemple de la présidence à la française n'est certainement pas un exemple, pour les Suédois du moins, la République française étant beaucoup plus protocolaire et autocratique que la monarchie suédoise...
Ravi en tout de découvrir ton blog!

Commentaire de : hibiscus
Le mardi 17 juillet 2007 à 12:55
@ Ibn Kafka : Merci de ta visite et ton commentaire, un peu plus constructifs que ceux de Phil ... ;-)

Commentaire de :  deline
Le mardi 17 juillet 2007 à 20:03
Mais alors sambo en suédois se traduirait pas Daniel en français ?

Commentaire de : hibiscus
Le mercredi 18 juillet 2007 à 08:55
@ Deline : LOL ! Non, c'est seulement une coïncidence. Et on pourrait dire qu'elle les "collectionne" un peu les Daniel, la princesse, parce que son copain d'avant s'appeler Daniel aussi.

Commentaire de : christophespb

Le vendredi 20 juillet 2007 à 21:18
Bonsoir Hibiscus,
Je ne sais pas si je vis ici dans une monarchie ou non, car comme toi, ma vie quotidienne, ne me laisse pas forcement assez de temps pour y reflechir.
Je note toutefois, les tabloids francais, ont toujours eu une grande admiration pour les rois, reines et princesses...Manquerait il quelque chose en France ?
Bon week end, Christophe.

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article