Mercredi 26 mars 3 26 /03 /Mars 08:01
Des heures de compétitions


Pendant 5 jours, du matin, parfois à partir de l’après-midi, jusque tard le soir (les remises de médailles se faisaient vers 22h30), j’ai assisté, avec ma collègue, aux championnats du monde de patinage artistique qui avaient lieu à Göteborg. Les compétitions ont commencé par la danse sur glace et le patinage en couple, puis les dames, et se sont achevées en apothéose par les hommes.


 

Je n’ai pas vu la première partie du programme court dames pour pouvoir déjeuner avec mes copines blogueuses, ni la finale dame pour pouvoir dîner avec Steph, son mari et un franco-göteborgeois. Je n’ai pas non plus assisté au gala de dimanche ; j’avais envie de passer quelques jours à la maison avec mon « sambo » avant de reprendre le travail. J’ai fait de mon mieux pour satisfaire tout le monde. ;-)

 

 

Inauguration et clôture


Dans les deux cas, nous avons eu droit à Team Surprise et à Robert Wells. On passera sur Robert Wells (qui joue la même musique depuis plus de 10 ans ...) J’étais nettement plus impressionnée par Team Surprise, l’équipe suédoise – championne du monde ! – de patinage synchronisé. Imaginez jusqu’à 20 patineuses (il existe des équipes mixtes aussi) qui changent de formations sans jamais se rentrer dedans ! L’effet est vraiment chouette ! Elles vont de nouveau défendre leur titre dans la semaine à venir.

 



J’ai regardé le gala de clôture à la télé, et je peux vous dire que ça ne donne pas du tout le même effet qu’ « en vrai ». Je me suis presque ennuyée devant mon écran ... (Sa grandeur n’a même pas aidé.) Si vous voulez un compte-rendu « live » du gala, je vous invite à lire le blog de Steph, à qui j’avais donné mon billet. (C’était le moins que je puisse faire pour la remercier de m’avoir hébergée pendant ces 5 jours et 4 nuits.)

 

 

La remise des médailles

 

Côté organisation, les Suédois se sont un peu compliqué la vie en disposant des rectangles de tapis les uns à côtés des autres (au lieu de dérouler un tapis entier comme on a l’habitude de le voir) et en faisant descendre le podium du plafond de la patinoire.

 


Le patinage en couple

 

C’était la semaine de Pâques et en lieu de bouquet, les médailleurs ont reçu des ... « påskris ». Ce sont des branches décorées de plumes le plus souvent multicolores. J’espère qu’on leur a expliqué la tradition, sinon ils ont dû trouvé ça très bizarre, même si à mes yeux l’idée était sympa ... Ce que j’ai trouvé encore plus bizarre, à la limite même ridicule, c’est que les plumes étaient roses pour les dames et bleues pour les hommes ... dans le pays qui se dit être champion de l’égalité entre les sexes ... :-S


 

 La danse sur glace


Sinon, j’ai été impressionnée par le cameraman chaussé de patins de hockey qui filmait les médaillés quand ils entraient sur la patinoire pour se rendre jusqu’au podium. Et j’ai trouvé très chouette l’idée de chanter – a capella – les hymnes nationaux au lieu de passer un disque. La Suède est en effet un pays où les chorales sont nombreuses et personnellement, j’ai apprécié l’effort qu’ils ont fait d’apprendre les textes de différents hymnes nationaux. La Marseillaise n’est pas mon texte préféré, mais l’interprétation que la chorale en a fait était pas mal du tout.


Les hommes

 

 

Les espoirs suédois

 

Pour la première fois depuis longtemps, trois Suédois participaient aux championnats : Victoria Helgesson, Kristopher Berntsson et Adrian Schultheiss. Victoria a fini 18ème, un bon résultat étant donné que c’était son premier championnat du monde.  


 


Kristopher est arrivé 14ème et Adrian 13ème ; ainsi ils se qualifient tous les deux d’office pour les championnats du monde de l’an prochain. Kristopher a « déjà » 25 ans et il semblerait que ce soit loupé pour obtenir une médaille un jour. Par contre, Adrian n’a que 19 ans et a quelques années pour améliorer son niveau et peut-être monter sur le podium.

 

 

L’ambiance dans la patinoire

 

C’était vraiment sympa d’être assis parmi des milliers de gens qui encourageaient les patineurs, quoi qu’ils fassent. Si les sauts ou les figures étaient réussis, on applaudissait. Quand il y avait des chutes, il y avait toujours un peu moment de déception, suivi d’applaudissements d’encouragement. Évidemment, plus les patineurs étaient bons, plus les applaudissements redoublaient d’intensité. Quand Berntsson et Schultheiss apparaissaient sur la glace, les Suédois jubilaient ; quand le tour de Lambiel et de Joubert est arrivé, c’était l’hystérie totale. Parfois, je croyais me retrouver dans un concert de Patrick Bruel quand j’étais jeune ... ;-)

 

 

(Si vous voulez visionner des images plus belles que les miennes, suivez ce lien.)

 

Publié dans : Göteborg - Communauté : Scandinavie - Par hibiscus
Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Derniers Commentaires

Communautés

Recherche

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recommander

Créer un Blog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus