La « boîte magique » de Pontus

Publié le par hibiscus

L'homme des musées

Pontus Hultén est à l’origine de six musées (le Moderna Museet à Stockholm, le Musée d’art moderne du Centre Pompidou à Paris, le Museum of Contemporary Art à Los Angeles, le Palazzo Grassi à Venise, la Kunst- und Ausstellungshalle à Bonn et le Museum Jean Tinguely à Bâle). En fin de carrière, Pontus en a initié un septième, le Museum Vandalorum, en Suède, auquel il avait envisagé de donner sa collection d’art. Mais le projet n’a jamais abouti ; pas sous cette forme en tout cas. La donation de Pontus Hultén, qui comprend une collection d’art d’environ 700 œuvres, une bibliothèque de plusieurs milliers de livres et des archives personnelles occupant environ 20 mètres de rayons, a échu au Moderna Museet, en 2005, avec la condition de présenter les œuvres d’art dans une réserve accessible au public.

 


Du mouvement


Pontus Hultén a, dans ses projets de musées, toujours eu l’ambition de rendre l’art accessible au public, de repenser les espaces d’un musée pour les rendre moins intimidants, plus ouverts. Une autre notion importante dans les pensées de Pontus, c’est celle du mouvement : le mouvement dans l’art, l’art en mouvement, l’art du mouvement. Son dernier projet, posthume, qui rassemble ces éléments, a enfin abouti sous la forme d’une galerie-réserve. C’est une construction unique au monde, un vieux rêve commun à Pontus et Renzo Piano, architecte et ami de longue date.


 

Un rêve réalisé


Pendant plus de deux ans, une petite équipe composée d’histoiriennes de l’art, de conservatrices et d’une archiviste (moi :-) ), a travaillé sur la donation de Pontus Hultén. On peut désormais voir, en partie, le résultat de ce travail dans cette galerie-réserve. Certaines pièces maîtresses de la collection de Pontus ont rejoint l’exposition permanente du musée, mais la plupart des œuvres sont accrochées sur des panneaux situés dans la partie supérieure. Un robot munit d’un aimant va chercher un panneau – t t t t t t t (comme dit Renzo Piano) – le tire vers la droite – zzzzzzzzzz – rapproche le panneau des visiteurs – t t t t t t t – et le laisse descendre doucement - zzzzzzzzzz –. Quand on a regardé les œuvres accrochées au panneau, on le renvoit à sa place d’origine : montée – zzzzzzzzzz –, marche arrière – t t t t t t t –, vers la gauche – zzzzzzzzzz –.


 


 

 

 

 

La galerie-réserve sera ouverte au public à partir du 3 juin, tous les après-midis de 13h à 15h30. Des visites guidées (en suédois), avec un maximum de 30 personnes par groupe, auront lieu tous les samedis à 13h. Sur le site du Moderna Museet, on peut lire une brochure (pdf ) présentant la donation – les textes sont en suédois et en anglais.

Publié dans Culture

Commenter cet article

vic 06/06/2008 20:52

c'est assez chouette comme système mais ça ne doit pas permettre au spectateur de s"approprier" les oeuvres, non? Je suis contente de découvrir ce Pontus Hulten dont tu nous avais parlé lors de notre dernière rencontre.

hibiscus 09/06/2008 08:47



Que veux-tu dire par "s'approprier les oeuvres" ?



Deline 02/06/2008 19:16

C'est marrant comme idée...mais on ne peut pas voir les oeuvres de près alors ? Elles sont hautes en plus non ? où c'est une impression ?

hibiscus 03/06/2008 10:28


Tu as regardé le petit film ? Les panneaux descendent, tu vois bien les têtes des gens devant (j'ai filmé de l'arrière pour montrer le trajet les panneaux). Et on peut s'approcher à un mètre
environ, même peut-être moins. Mais on ne peut pas toucher ! :-)
Voici une photo plus parlante peut-être : http://bp0.blogger.com/_d3Kaj06160M/SET71PN-TtI/AAAAAAAAGoU/gh4ableQF5c/s1600-h/moderna.jpg


Le chat qui... 01/06/2008 11:04

C'est assez impressionnant comme système !Mais 100% original et ça constituerait presque une oeuvre d'art moderne en soi tout seul ! ;-)=^.^=