Le trois-mâts Götheborg

Publié le par hibiscus

 

Après le brick Tre Kronor, voici la présentation du trois-mâts Götheborg qui fit son entrée – pour la deuxième fois – dans le port de Stockholm le 29 mai dernier.

 

 

 

 

Je l’avais déjà vu il y a quelques années, mais à distance seulement. Cette année, nous avons débourser 100 kr par personne pour monter à bord.

 


Le Götheborg actuel est construit à l’identique (à la différence qu’il est doté de moteurs – mais les voiles peuvent aussi être utilisées) d’après son prédecesseur qui coula en 1745 dans le port de Götheborg. Il était alors au service de la Compagnie suédoise des Indes orientales et rapportait régulièrement de Chine de la porcelaine et du thé.

 


Il a fallu 10 ans pour reconstruire le Götheborg et entre 2005 et 2007 il a effectué un voyage traditionnel jusqu’en Chine. Cet été, il voyage autour de la Baltique, comme le Tre Kronor ; c’est le Baltic Sea Tour.

 

Quelques chiffres :

  • 40,5 m de long
  • 58,5 m de long avec le beaupré
  • 11 m de large
  • 47 m de haut au-dessus de l’eau
  • 1 964 m2 de voiles
  • environ 292 tonnes de lest
  • 1 150 tonnes au total (navire + cargaison)
  • environ 80 hommes d’équipage
  • ravitaillement à bord pour 80 personnes pendant 60 jours + 30 jours de réserve

 

 

La barre est double et les cordes sont faites de peau de renne.

 

 

On utilise le compas pour se diriger, mais aussi les techniques modernes telles que le radar et le GPS.


   

La cale à canons est désormais utilisée comme dortoir la nuit (quand chaque homme d’équipage a accroché son hamac) et comme salle à manger dans la journée.

 

Au XVIIIème siècle, il y avait 20 à 30 canons à bord. Aujourd’hui, ils ne sont que 10 et ne sont utilisés que pour tirer les saluts. 8 coups veulent dire « bonjour ».


 

Au XVIIIème siècle, en plus de l’équipage qui comptait environ 100 hommes, il y avait aussi un chat, 30 moutons et chèvres, 40 porcs et 400 poules dans la cale à canons. Tout ce monde devait être bien à l'étroit ...

 

Autrefois, les repas à bord du trois-mâts ce composaient principalement de légumineuses, de bouillie et de pain dur que l’on faisait à base d’eau, de farine et de sel. Ce pain dur pouvait se conserver jusqu’à 30 ans ! (et sans conservateurs !) On servait aussi parfois du poisson et de la viande salés et séchés. On buvait de l’eau et de l’alccol.

 

Aujourd’hui, on utilise des sortes de filets sur la table qui empêchent les couverts de se balader.

 

Sécurité du lieu de travail oblige : on ne monte pas aux mâts sans harnais.

 


Plus de photos : ici.

 



Sources : SOIC et Wikipedia

 

Publié dans Stockholm

Commenter cet article

Deline 25/06/2008 19:03

Waouhh ! Ce bateau me fait replonger dans une super bd : les passagers du vent...ça a dû te faire bizarre non ?

hibiscus 25/06/2008 21:49


Malheureusement, je n'ai pas pensé aux Passagers du vent quand j'y étais, mais tu as raison, ça donne pas mal cette impression. :-)
C'est impressionnant, quand on est sur le pont, à la proue par exemple, c'est quand même drôlement haut. J'en avais presque le vertige. J'ose pas imaginer les marins qui montent aux mâts ...


NuAndA 25/06/2008 09:22

Le lion me rappelle quelque chose, est-ce que c'est celui qui était là il y a maximum 3 ans?c'est un bien joli bateau en tout cas

hibiscus 25/06/2008 13:07


Je ne crois pas qu'ils aient changer la figure de proue. Mais je ne me souviens plus comment c'était il y a 3 ans. Je ne l'avais pas vu d'aussi près non plus.


Pascal 24/06/2008 19:44

C'est la semaine maritime !Heureusement que maintenant on ramène du thé plus facilement..

hibiscus 24/06/2008 23:30


Je rattrape mon retard d'articles ... :-S