Mon plus bel été

Publié le par hibiscus

Pour la quatrième année, je participais à une conférence internationale de jeunes. Après l’Allemagne, l’Autriche et l’Irlande, c’était au tour de la République tchèque. C’était en juillet. C’était mon premier voyage à l’étranger toute seule comme une grande. Mais comme je n’avais pas les facilités économiques d’une grande personne, je pris le bus Eurolines pour aller jusqu’à Prague et un autre bus vint me chercher à la gare routière.

 

 

En route vers le centre de conférences, nous nous arrêtâmes à l’aéroport pour récupérer d’autres participants. Juste derrière moi s’assis un jeune homme aux cheveux longs et bouclés. J’étais nulle en anglais alors, mais mon interlocuteur le maîtrisait parfaitement et était bavard en plus. J’avais un paquet de chips aux crevettes, je lui en ai offert et c’est comme ça que nous avons fait connaissance. Que c’est romantique ...

 


La première soirée de la conférence était consacrée à la présentation des pays invités à la conférence. Je faisais le tour des divers stands, et m’arrêtais devant celui d’un pays que je connaissais très mal car je le mélangeais constamment avec ces voisins : la Finlande et la Norvège. J’y retrouvais là mon compagnon de voyage en bus qui me fit goûter à une spécialité gastronomique suédoise : du pain dur avec des morceaux de harangs marinés et de la crème aigre. J’ai adoré dès la première bouchée ! Il semblait que je fus une des seules ...

 


Je n’eus ensuite pas l’occasion de rencontrer le Suédois avant la fin de la semaine. La dernière soirée était une soirée-disco d’adieu et ni lui ni moi n’étions intéressés. Nous discutâmes donc une bonne partie de la soirée et de la nuit. Enfin ... il parlait beaucoup ! J’essayais de le suivre et de répondre de temps en temps, mais mes efforts étaient d’autant plus difficiles que la fatigue se faisait sentir de plus en plus.

 


Avons de nous quitter, nous échangeâmes nos adresses. Mon expérience de correspondance avec des garçons ne me donnaient pas trop d’espoir, mais celui-ci tint sa promesse et je préférais nettement écrire en anglais, avec l’aide d’un dictionnaire et d’une grammaire, que de parler. Il ne tarda guère avant qu’il demande à venir me rendre visite en France au cours de ce même été. Je savais que je me leurrais moi-même, mais je répondis malgré tout : « D’accord, mais à une condition, que nous en restions au stade amical » ...

 


Je vivais en région parisienne. Il faisait chaud cet été ... chaud et lourd. Les températures atteignaient facilement 30 degrés à l’ombre. La climatisation des musées et des cinéma furent fort appréciés.

La visite de la Tour Eiffel fut inoubliable. Comme la queue pour les ascenseurs était interminable, nous prîmes les escaliers. Mon Suédois me révéla avoir le vertige et me posait régulièrement la question suivante : « Imagine si la Tour Eiffel venait à s’écrouler là maintenant !... » Oui bien sûr, elle a tenu pendant plus de 100 ans, mais c’est maintenant qu’elle va s’écrouler ... ;-)

 


Il ne s’était rien « passé » jusqu’à ce jour ; il ne se « passa » rien à la Tour Eiffel même si j’avais volontiers tenu la main à ce Suédois qui avait peur de l’altitude. J’attendais qu’il fasse le premier pas, mais lui respectait ma condition de rester ami, alors j’espèrais en silence qu’il comprenne le contraire ... On est bête quand on est amoureux ... Je fus donc obligée de faire le premier pas ce même soir.

 


Ce soir-là, c’était le 7 août 1998, il y a exactement 10 ans, j’avais 20 ans et ce Suédois-là est la raison pour laquelle je suis aujourd’hui en Suède, et ce depuis 9 ans. Nous sommes désormais « sambo », c’est-à-dire conjoints, et c’est pour fêter les 10 ans de notre rencontre que nous nous sommes récemment offert un week-end à Prague. (J’ai fait les réservations d’avion et d’hôtel sans lui dire la destination, l’idée étant de lui faire la surprise, au moins jusqu’à l’aéroport d’Arlanda. Mais je me suis trahie une semaine avant le départ ...) La visite de Prague étaient prévu au programme de la conférence il y a 10 ans, mais nous n’étions pas dans le même groupe ce jour-là. C’est maintenant chose faite, nous sommes retournés ensemble dans « notre » ville romantique. :-)

 

 


Ceci est le récit de mon plus bel été, le sujet de la rédac du mois d’août. Pour prolonger votre été 2008 et partager d’autres souvenirs d’été, n’hésitez pas à lire les récit de mes copains et copines blogueurs : Laurent, Noelia, Bergere, Bertrand, JvH, Anne, Julien, Chantal, Looange, V à l'ouest, Jo Ann v, William, Catie, Nanou, Cecfrombelgium, Julie70, Gazou, BlogBalso, Vladyk, Lydie, Optensia, Joël, Linda, Julie, Le chat qui, Ckankonvaou, Lodi, Mahie, Mariuccia, Brigetoun, Renée, Mouton, Agnes, Laetitia, MissBrownie, Karmichette, Rikard, Dung, Pivoine Merlin, Lune de Pluie et Adelaide.

Publié dans La rédac' du mois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vic 22/08/2008 22:09

ouille ça fait longtemps que je n'ai pas lu ton blog ... mais je suis heureuse de te retrouver avec une si jolie histoire follement amoureuse même après toutes ces années! :)

hibiscus 24/08/2008 16:15


Heureuse de recevoir un petit commentaire de ta part ! :-)
Tu as passé de bonnes vacances ?


Léa 22/08/2008 18:19

C'est superbe, beau et super !

hibiscus 24/08/2008 16:14


Merci ! :-)


Deline 16/08/2008 21:50

Et pourquoi pas un saut en parachute pour fêter vos dix ans ?? ;-) Au fait, il se passait quoi dans ces conférences ??

hibiscus 17/08/2008 16:55


Je t'avouerais que je ne me souviens très peu de celle en République tchèque ... :-S Des conférences, avec traduction simultanée, et des travaux en groupe, c'est ce qu'on faisait pendant une
semaine. Plus quelques excursions.
Le saut en parachute ? Je sais pas, je suis plus intéressée par le parapente. Mais mon "sambo" ne me suivra jamais. Il a peur du monte-piste aussi ...


Joël 16/08/2008 09:12

Merci de nous raconter la belle histoire de ta vie. Pour les tours, je me souviens de n'avoir pas réussi à monter au sommet de la tour de Pise. A l'époque on pouvait encore y accéder) Et c'est bien moins haut que la tour Eiffel.

hibiscus 17/08/2008 16:52


Oui, mais la tour de Pise, elle penche, donc je comprends un peu mieux. Mais la tour Eiffel, elle est toute droite, et elle a pas bougé depuis 1889. :-)


Dung 15/08/2008 22:54

Ah c'est beau l'amour! Sniff sniff, nous on s'est rencontre en Automne... a quand un sujet "votre plus bel automne"?

hibiscus 17/08/2008 16:51


Propose-le aux initiateurs de la rédac' du mois ! ;-)