Le mot de la semaine : « jobba jobba jobba »

Publié le par hibiscus

Le décompte a commencé : dans un mois, je quitte le Moderna Museet et je retourne au Nationalmuseum. J’ai hâte, mais en même temps, j’ai pas trop le temps d’y penser.

 

En ce moment, je pense surtout à finir de mettre de l’ordre dans las archives de Pontus Hultén avant de quitter le musée. Il s’agit donc d’aller à l’essentiel, de ne pas se perdre dans les détails et de donner la priorité aux choses que personne d’autre ne fera après mon départ.

 

Cela vous semble peut-être un peu prétentieux, mais après avoir travaillé presque 2 ans sur des archives dont plus de la moitié du contenu est en français : 1. j’ai acquis une connaissance énorme de ces archives, 2. je suis vraiment la seule à pouvoir y inventorier les derniers trucs. Je laisse ensuite à ma collègue ou à un éventuel futur stagiaire le soin de glisser les photos dans des pochettes plastiques ou de photocopier les coupures de presse jaunies par le temps.

 

Depuis mon retour de vacances, je classe, classe, classe ... en fonction de la structure élaborée au fil du temps et bientôt j’en ferais l’inventaire dans une base de données. Auparavant, je classais et inventoriais au fur et à mesure, mais au cas où (et j’espère que ce ne sera pas le cas - je croise les doigts !) je n’aurais pas le temps de tout inventorier avant mon départ, ma collègue pourra quand même le faire à l’aide des notes que je fais pour les différentes piles.

 

Cette semaine, j’ai attaqué les deux derniers cartons de déménagement, cartons auquel je n’avais pas touché depuis le début. Je n’avais donc aucune idée de ce qu’ils contenaient ; coup de chance, ils n’étaient pas complètement remplis ... Et le clou des archives : une malle de voyage, de la fin du XVIIIème siècle j’imagine, puisqu’elle a appartenu au père de Pontus Hultén, remplie de coupures de presse – jaunies elles aussi ...

 

 

Cette malle-là, depuis le début, je me suis dis que je m’en occuperai en tout dernier, et c’est maintenant arrivé. Ce contenu m’a toujours fais un peu peur, peur que ça me prenne un temps fou et y mettre de l’ordre. Peut-être même que l’état de ces articles de journaux est tellement mauvais que je vais être obligée de les photocopier pour pouvoir ne serait-ce que les manipuler. Ce qui prendrait encore plus de temps ...

 


 

Mais en même temps, je suis contente d’en être enfin arrivée là, et placer cette malle à côté de mon bureau, ça m’a redonné un peu d’énergie.


« Jobba jobba jobba », c’est trois fois le même verbe, pour dire que j’ai augmenté le tempo et le nombre d’heures de travail pour arriver à faire l’essentiel avant de finir. Le verbe signifie « bosser ». Le verbe pour « travailler » est « arbeta ».

 

***

 

« Jobba » et « arbeta » sont des verbes réguliers :

jag jobbar [jâg yobare] = je bosse

jag har jobbat [yobate] = j’ai bossé

jag jobbade [yobadé] = je bossais/bossa

jag ska jobba = je bosserai

 

jag arbetar [arbétare] = je travaille

jag har arbetat [arbétate] = j’ai travaillé

jag arbetade [arbétadé] = je travaillais/travailla

jag ska arbeta = je travaillerai

 


Le boulot : se dit : « jobb » et le travail « arbete » :

ett jobb [ète yob] = un boulot

jobbet [yobète] = le boulot

jobb [yob] = des boulots

jobben [yobène] = les boulots

 

ett arbete [ète arbété] = un travail

arbetet [arbétète] = le travail

arbeten [arbétène] = des travaux

arbetena [arbéténa] = les travaux

 


Mon impression est que les mots « jobba » et « jobb » ne sont pas des termes aussi familiers que « bosser » et « boulot », mais qu’ils sont pratiquement synonymes de « arbeta » et « arbete ». On les trouve souvent dans les articles de journaux, par exemple pour dire que le nombre d’emplois vacants sur le marché du travail est en baisse pour l’automne à venir. Coup de chance, j’ai du boulot pour après, je n’ai pas besoin de m’inquiéter pour en trouver. :-)

Commenter cet article

petitpois 14/09/2008 08:53

Oui, je comprends tout à fait ! merci pour la réponse !

petitpois 13/09/2008 11:37

Et par le plus grand des hasards, ils ne chercheraient pas une stagiaire pour assister cette collègue ? merci pour toute info, quelle qu'elle soit !!

hibiscus 13/09/2008 12:02


Ben non, parce que sinon, ils m'auraient prolongé mon contrat vu que je travaille sur ce projet depuis 2 ans...


sampao 07/09/2008 16:07

si il cherche qqun pour travailer dans les archives je dirai pas non,surtout c'est du courrier et de l'archivage cava c coolje lance ma candidature ? ;-)

hibiscus 07/09/2008 19:58


Ben c'est là le problème : ils ne cherchent personne pour me remplacer. Ils trouvent que ça suffit avec ma collègue qui travaille à 3/4-temps. Et puis il faut une formation suédoise.


Léa 05/09/2008 18:32

il faut vraiment que je vienne tous les jours sur ton blog, d'un je te connaitrais plus et de deux j'apprends du suédois hihihi.c'est tout bête mais en lisant ton post ben j'étais toute contente moi aussi j'ai bossé aux archives, c'était en France et une autre fois en Autriche et comme toi je voulais classer et finir avant la fin de mon job parce que je savais que le ou la suivante ne prendrait pas le temps de le faire au début...souvenirs souvenirs...

hibiscus 06/09/2008 14:03


Je n'écris pas sur mon blog tous les jours. Ces derniers temps, c'est plutôt une fois par semaine ; j'ai rarement la force de me mettre devant l'ordinateur après une journée de boulot. Mais si
tu t'inscris, tu recevras un mail à chaque que quelque chose de nouveau est publié. :-)
Pour ce qui est des archives au Moderna, l'archiviste s'occupe aussi du courrier qui arrive tous les jours à 50 % de son temps et des archives à 25 %. (Elle travaille à 75 % parce qu'elle a des
enfants en bas-âge.) Il faudrait en fait employer une personne supplémentaire, mais pour ça il faudrait que les chefs aient un intérêt pour les archives ...


vic 02/09/2008 21:41

bonne dernière ligne droite ... tu ne vas effectivement pas voir le temps passer ... entout cas ton boulot à vraiment l'air intéressant!

hibiscus 03/09/2008 08:23


Ça le serait encore plus si j'avais la possibilité d'approfondir mais ce n'est pas mon boulot en fait. Mon boulot est de rendre les archives accessibles aux chercheurs, pas de faire de la
recherche. Mais ça viendra peut-être un jour. ;-)