Comment prendre 1 kilo en 6 jours

Publié le par hibiscus

1er jour

Il vous faut tout d’abord une invitation de mariage, par exemple d’une amie de lycée que vous n’avez pas vue depuis plus de 10 ans. Vous êtes tellement flattée par ce petit carton, que vous réservez vos billets d’avion longtemps à l’avance. Puis le jour J est arrivé. Comme votre avion décole à 14h45, vous vous dites qu’il vaut peut-être mieux déjeuner – pâtes au pesto de petits pois – avec de partir de la maison, un peu après midi. (Vous avez bien sûr pris votre petit-déjeuner le matin). À bord de l’avion, on vous sert un repas complet : salade de lentilles, poulet-légumes, camembert-pain, gâteau « forêt noire ».
Le mariage est à Laval, donc vous traversez Paris pour vous rendre à Montparnasse pour récupérer le TGV qui part à 20h et quelques. Bien sûr, vous avez faim et achetez un menu chez Philéas : sandwich, brownie et boisson. Arrivée à Laval, vos amis – les futurs mariés – vous ont gardé un peu de leur dîner et ça a l’air tellement bon et c’est tellement gentil de leur part que vous ne pouvez pas refuser : pâtes et poulet en sauce, fromage, fruits, thé.
2ème jour

Le lendemain, petit-déjeuner français : pain grillé-beurre-confiture et thé. Au milieu des derniers préparatifs et des allées et venues des parents, beaux-parents etc, vous préférez vous éclipsez une heure et partez déjeuner à la cafét de Leclerc avec une amie – elle aussi de lycée, que vous n’avez pas vu depuis aussi longtemps que la future mariée. Au menu : salade de fruits de mer, paupiettes de veau et sauce aux champignons, fromage blanc



Après les cérémonies civile et religieuse, vous suivez les 300 invités du mariage au vin d’honneur. Un verre de champagne à la main, vous ne pouvez résister à tous les canapés joliment exposés à votre vue. Des serveurs et des serveuses se promenent parmi les invités des plateaux à la main. Les canapés ont l’air de ne jamais prendre fin, il en arrive toujours de nouveaux, et aux canapés froids se succèdent les canapés chauds.

Un peu plus tard, après la photo de groupe, il est temps de prendre place pour le dîner de mariage (avec 200 invités) : feuilleté de saumon et de sabre à l’étuvée de blanc de poireau, brunoise de légumes – pavé de cœur de rumsteack en éventail et son médaillon de foie gras (+ pommes de terre, tomate et champignons) – assiette aux trois fromage et sa salade – Royal au chocolat. Le tout accompagné, dans l’ordre : de vin blanc, de vin rouge et champagne. Vous êtes tellement rassasiée de nourriture et d’émotions que vous vous retirez relativement tôt – vers 1h du matin – pour récupérer des forces pour le lendemain. (Beaucoup d’invités se sont couchés sur les coups de 5-6h du matin.)


3ème jour


Le lendemain matin, vous ne déjeunez quand même pas trop : 4 tartines au lieu des 8 de la veille et du thé. À midi, vous retrouvez une centaine d’invités dans la salle des fêtes de la veille. Beaucoup ont de petits, tout petis yeux. Un buffet froid est servi : salade de harengs, crudités, salade de pommes de terre, pâtés et rillets, rostbiff et blanc de dinde... Si vous ne supportez pas trop l’alcool, vous restez à l’eau, sinon, vous avez la possibilité de boire du rosé et du rouge. Et puis en France, vous savez bien qu’il n’y a pas de repas sans fromage. Et quand vous croyiez que le repas est fini, arrivent des desserts auxquels vous ne pouvez absolument pas résister, il vous faut bien sûr goûter à plusieurs. Ils sont si petits ! Tartelettes au citron, à la poire, mini-éclairs au chocolat et au café, mini-choux à la crème, etc ...

Le ventre bien plein, vous repartez direction Rambouillet pour rendre visite à votre sœur, votre neveu et votre beau-frère, qui est cuisinier de profession. Pour le dîner, il y a de la terrine de saumon et des crevettes, des rougets et un tian de légumes. Vous achevez par un bout de fromage et un yaourt ... pour faire léger ... Et votre sœur vous fait goûter sa brioche maison : 100 fois meilleure que celle du boulanger (ne comparons même pas avec celle du supermarché...)


4ème jour


Vous vous octroyez une petite grasse matinée – vos hôtes sont partis au boulot ou chez la nounou quand vous vous levez. Sur la table du petit déjeuner : du thé, de la faisselle, un pamplemousse, des cracottes, de la brioche, du miel et de la confiture.

À midi, vous retrouvez votre autre sœur, votre tante et votre cousine dans le Marais et déjeuner en terrasse, dans un petit restaurang spécialisé dans la cuisine centraleuropéenne. Salade de légumes confits et brochette d’agneau accompagné de semoule et de poivrons. Vous passez sur le dessert.

Pour votre quatre-heures, votre autre sœur vous glisse discrètement une petit paquet contenant trois cannellés fait maison. Vous les dégustez dans le train de retour sur Rambouillet, après avoir joué à la touriste quelques heures.
Pour le soir, votre beau-frère cuisinier vous propose des crêpes fourrées jambon-fromage. Le reste du repas, entrée et dessert, sont les mêmes que la veille, plus du melon.


5ème jour


Vous le passez au calme : même petit déjeuner que la veille, restes de l’avant-veille et de la veille à midi.

Le soir, vous allez au restaurant avec vos deux sœurs, neveu, beau-frère, oncle, tante et cousine. Les buffets chinois à volonté, vous savez à quel point c’est traitre : tout à l’air tellement bon et exotique, que vous devez goûter à tout. Pas mal de friture, pas mal de beignets, diverses viandes en sauce, quelques sushis, et des fruits frais en dessert pour faire descendre tout ça.


6ème jour


Vous partez très tôt le matin, un peu après 6h, vous n’avez pas très faim, le petit-déjeuner est succint et rapide. À bord de l’avion, on vous sert un repas complet, alors qu’il n’est que 10h : salade de concombre et de carottes, blanc de poulet et blé aux raisins secs, un morceau d’emmental et du pain, une tartelette aux noix de pécan.

De retour chez vous, votre « sambo » a invité une amie pour le goûter : glace et thé taïwanais et vous sortez la boîte de petits gâteaux que vous avez acheté à Monoprix et la boîte de chocolats qu’on vous a offert en France ...

 

Le soir, vous retrouvez vos habitudes suédoises en dégustabt du « blodpudding » amoureusement préparé par votre « sambo », accompagné de confiture d’airelles, bien évidemment.


 

 

 

Vous vous demandez peut-être pourquoi vous n’avez pris qu’un seul « malheureux » kilo après tout cela ? La possible explication au prochain numéro ... :-)

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vic 29/09/2008 13:44

ça c'est un kilo qui vaut le coup!!!!!

hibiscus 29/09/2008 23:09


Ça c'est un commentaire qui fait plaisir ! :-)


NuAndA 28/09/2008 14:28

raaaaaaahh ça donne super envie tout ça, et je rejoins l'avis général en pensant qu'avec un seul kilo supplémentaire tu en es super bien tirée ;)

marion 28/09/2008 12:25

Hummm ca donne envie tout ca !!! Et personne n'a remarqué le lapsus...la cousine devient cuisine...c'est vexant ! lol

hibiscus 28/09/2008 12:59


Je te présente 1000 excuses marion... :-S Pourtant, je me suis relue plusieurs fois ...
On dira que c'est un lapsus révélateur. ;-)


Deline 28/09/2008 11:47

Tu m'avais demandé de te faire des cannellés pour quand tu viendrais...je l'ai fait ! Et c'est certainement pas mes cannellés qui t'ont fait prendre un kilo ! C'est vrai, y'a presque que du lait dans la recette ;-)

hibiscus 28/09/2008 12:58


Cet article n'a pas du tout pour but d'accuser les gens qui m'ont nourri pendant mon séjour. je me suis régalée et je ne regrette rien. Je savais que j'allais prendre du poids. Je suis même
assez étonnée qu'il ne s'agisse que d'un kilo.
J'ai adoré tes cannellés ! :-) (Je vais corriger cette faute aussi ...)


anyanya 28/09/2008 09:12

Les légumes au four chez le beau-frère, ça s'appelle un tian de légumes... (message du cuisinier)

hibiscus 28/09/2008 12:56


Message reçu, je vais changer dans le texte.
Dis au cuisinier qu'il a le droit de laisser des commentaires sur mon blog, au lieu de passer par toi. ;-)