Donner son sang

Publié le par hibiscus

J’ai commencé à donner mon sang il y a bientôt deux ans maintenant.

 


Conditions pour pouvoir donner son sang

Pour donner son sang en Suède, il faut avoir entre 18 et 60 ans, peser au moins 50 kilos. Ils prennent 4,5 dl à chaque fois.


Formalités administratives

Je vais à Södertappen, à côté de la station de métro de Skanstull. J’y vais tous les 4 mois (c’est tout les 3 mois pour les hommes), quand je reçois une convocation me rappelant que je peux y retourner. À chaque fois, il faut remplir un formulaire où je certifie que je ne suis pas enceinte, pas sous traitement médicamenteux, que je n’ai pas changé de partenaire depuis la dernière fois etc ...


Le don en lui-même

Puis je vais m’allonger sur une couchette, je tends mon bras droit, en l'occurrence, et pendant que l’infirmière prend ma tension, elle me demande mon personnummer (pour vérifier que je suis vraiment moi), si j’ai bien mangé dans la journée, si tout va bien. Elle sont bien sympa les infirmières, elles s’intéressent aux gens et pourtant on ne reste pas plus de 10 min.

Puis elle enfonce l’aiguille dans la veine (c’est le seul moment un peu désagréable, mais ça ne dure qu’un quart de seconde), me met une balle en mousse dans la main droite que je dois serrer de temps en temps pour accélerer la circulation du sang et me donne un jus de fruit à boire en attendant que le sac se remplisse de mon sang. Je suis toujours étonnée de la chaleur et de la couleur du sang. On voit souvent dans les films que c’est bien rouge, mais en fait c’est un peu plus foncé, presque bordeaux, comme du vin ;-), mais plus épais évidemment. À la fin, elle me mets un pansement à l’endroit où elle a piqué l’aiguille, me recommande de ne pas me lever trop rapidement, et me donne des tablettes de fer, à prendre une fois par jour pendant 3 semaines.


« Fika » (ou collation)

Après avoir donner son sang, il est recommandé de prendre une petite collation. C’est gratuit. Il y a de quoi faire des tartines avec des petits pains, du beurre, du paté ou du jambon, du fromage et des crudités. Il y a une machine à café qui sert aussi du thé, du chocolat chaud ou de la soupe de myrtille (« blåbärssoppa » miam !). Et puis des petits gâteaux.


Cadeau

Pour remercier les donneurs du sang, on a droit à un petit cadeau. Ça peut être un t-shirt, une serviette éponge, un sac, un parapluie etc, à l’effigie de l’établissement du don du sang, ou un billet de loterie, des livres de poche, des produits de toilette ou encore des vases, des verres, des tasses. Je prend presque toujours une tasse, bleue marine, produite spécialement par Rörstrand pour les donneurs du sang (« blodgivare »), tirée de leur série « Swedish Grace ». La différence c’est que les « vraies » tasses Swedish Grace ont une anse. Moi, sincèrement, je les préfère sans, je trouve leur design plus élégant. Mais j’ai aussi pris une fois une tasse thermos, de la crème pour les mains et pour les lèvres.


Anecdote « bleu »

La première fois que j’ai donné mon sang, je suis allée faire des courses après et je suis rentrée à la maison en portant pas mal de sacs. Je me suis retrouvé avec un bleu énorme au bras qui de jour en jour est passé du bleu violet au vert jaune. Il a mis pas mal de temps à se résorber. C’était en été en plus et je n’osais pas mettre de t-shirt de peur que les gens croient que j’étais battue. :-S


Anecdote « dans les pommes »

Une autre fois, je devais retrouver mon sambo après le don du sang, pour nous rendre à une visite guidée du palais Wrangelska (où réside la cour de justice suédoise), dans Gamla stan (la Vieille ville). Nous étions un peu en retard et nous avons couru à peine une minute pour retrouver le groupe avec qui nous allions faire la visite. Heureusement que mon sambo et d’autres amis étaient à côté de moi, parce que tout d’un coup, j’ai senti que tout tournait autour de moi, les bruits se faisaient très lointains, et je ne sentais plus mes jambes. Une sensation très bizarre, mais pas vraiment effrayante. D’une certaine manière, je comprenais ce qui m’arrivait et que je n’aurais pas dû courir. Je ne crois pas avoir été inconsciente plus d’une minute. Je m’en suis remise assez vite et je pouvais suivre la visite, soutenue par mon sambo, quand même. J’ai eu les jambes en coton assez longtemps après, mais j’étais de bonne humeur. :-) C’était la première que je m’évanouissais.

Donc, morale de l’histoire : ne courrez jamais après avoir donner 4,5 dl de votre sang !


En France

Je viens de voir que les conditions sont un peu différentes pour donner son sang en France. Plus d’information.



 Commentaire de : GDF Le 18 mai 2006 donnez votre sang, vous sauverez des vies!! 


Publié dans Divers

Commenter cet article